Stade Toulousain Index du Forum Stade Toulousain
discussion sur le Stade Toulousain et le rugby en général
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

  

Si il y avait encore plusieurs opinions politique en France
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Stade Toulousain Index du Forum -> Café du commerce -> Refaisons le monde au comptoir
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
diplo
Administrateur


Inscrit le: 11 Jan 2007
Messages: 3 055
Localisation: Besançon

MessagePosté le: 06/09/2014 08:45:06    Sujet du message: Si il y avait encore plusieurs opinions politique en France Répondre en citant

Une phrase que l'on aurait pu (du?) entendre au moins une fois dans les 30 dernières années si le système institutionnel, démocratique et médiatique français était encore à même de proposer un choix à ses citoyens :

C'est inadmissible qu'alors qu'il y a 3 000 000 de chômeurs des entreprises laissent des postes vacants, il faut les contrôler et les sanctionner pour qu'elles remplissent leur rôle économique et social.
_________________
Parce que le millionnaire n'a pas récolté sans peine, il s'imagine avoir semé. (Jean Jaurès)
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 06/09/2014 08:45:06    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
st_tlse
Administrateur


Inscrit le: 29 Jan 2007
Messages: 8 946
Localisation: Montfrin

MessagePosté le: 07/09/2014 11:16:09    Sujet du message: Si il y avait encore plusieurs opinions politique en France Répondre en citant

Si ces entreprises laissent des postes vacants c'est qu'il y a surement une raison. Exemple ça leur revient plus cher de prendre une personne que ce que la personne leur ferai gagner.
Après du taff tu en trouve mais forcément quand tu va à pole emploi et que les gens te disent mais pourquoi vous cherchez un travail. Je crois qu'il y a du foutage de gueule.
Beaucoup de chômeurs travaillent 6 mois puis s'arrêtent et touchent le chômage c'est plus rentable que de travailler tout le temps.
Alors bien sur tous les chômeurs ne sont pas comme ça mais s'en prendre qu'aux entreprises c'est complètement nul. Faut aussi prendre en compte que beaucoup préfère ne pas travailler et toucher les aides que de se tuer à la tache et gagner une misère.

Moi la première chose que je ferai c'est que je diminuerai les aides pour les mecs qui foutent rien mais en revanche j'aiderai plus les personnes qui travaillent et gagnent un misère.
Car quand tu veux trouver du travaille tu peux en trouver alors oui des fois faut que la personne se remettent et question et accepte soit de changer de branche soit de bouger de la ou elle ai mais ça aussi beaucoup ne le veulent pas
_________________
On va leur mettre les poings sur les yeux !!
Les rugbymens
Revenir en haut
diplo
Administrateur


Inscrit le: 11 Jan 2007
Messages: 3 055
Localisation: Besançon

MessagePosté le: 07/09/2014 11:49:45    Sujet du message: Si il y avait encore plusieurs opinions politique en France Répondre en citant

Mon propos, dans ce post n'était pas de traiter les entreprises de salauds ni les chomeurs de fainéants, juste de constater une absence de vrai débat. Je pense que les deux positions suivantes peuvent se défendre, je les décris volontairement en les caricaturant :

1. les chômeurs sont des feignasses qui ne veulent pas bosser il faut arrêter l'assistanat et sanctionner ceux qui ne veulent pas travailller,
2. les entreprises veulent toujours plus de profit et si elles ne remplissent pas leurs postes vacants c'est parce qu'elles préfèrent distribuer des dividendes plutôt que de proposer des salaires décents.

Ce que je regrettait dans mon post, c'est que le système institutionnel et médiatique fait que la deuxième proposition n'est même plus audible aujourd'hui, pourtant elle n'est pas plus excessive que la première qui est elle largement diffusée et "acceptée".
_________________
Parce que le millionnaire n'a pas récolté sans peine, il s'imagine avoir semé. (Jean Jaurès)
Revenir en haut
Croquemuche
Administrateur


Inscrit le: 17 Avr 2007
Messages: 10 254

MessagePosté le: 07/09/2014 12:36:27    Sujet du message: Si il y avait encore plusieurs opinions politique en France Répondre en citant

Tu penses qu'il y a bcp de postes vacants laissés par les entreprises ? J'en doute.
Qu'il y ait des postes non remplacés et un travail reparti en n-1 pour gagner en rentabilité, surement. Mais des postes vacants et non remplacés, c'est contraire à la rentabilité d'une entreprise.

A l'oppose, on peut voir tout un tas de petits artisans qui refusent tu taf car leurs cahiers de commandes sont plein. Pas de postes vaccants, mais certains n'ont pas envie d'embaucher... pour une qualité de vie qui ne sera pas forcement meilleure. Plein de raisons à cela: cout de l'embauche, pas de vision à long terme pour l'embauche, pas de candidats, travail au black,...

Nos jeunes sont formés et diplomés pour des jobs qui n'existent pas ou peu. Là où il y a de l'offre, il n'y a pas candidats. Y'a tout à revoir en profondeur. On paye la l'idee de Mitterrand en 81 qui voulait porter 80 % d'une classe d'âge au niveau du bac. Belle et legitime ambition sur le papier, mais qui n'a pas collé à la realité et au terrain. Alors faire aujourd'hui la gueurre aux demandeurs d'emploi (dernier dada en date de Valls et Hollande) c'est de la politique à la petite semaine. On cherche des solutions dans l'urgence, sans aucune vision politique au sens premier du terme. Il s'agit juste de montrer qu'on fait des choses et hop, on passe on dossier suivant.
_________________
Je trouve cette question stupide et irrespectueuse.
Revenir en haut
JPRW
Administrateur


Inscrit le: 22 Jan 2007
Messages: 11 527

MessagePosté le: 07/09/2014 13:16:42    Sujet du message: Si il y avait encore plusieurs opinions politique en France Répondre en citant

Des postes vacants ? Peut être  un mode  d ' ajustement de la masse salariale compte tenu du ralentissement économique actuel .

Quand tu sais que pour un employeur le coût d ' un  employé revient à peu presque  le double du salaire net  ; des fois  ça refroidit .
Revenir en haut
McCaw
Administrateur


Inscrit le: 09 Jan 2007
Messages: 10 312
Localisation: Albi

MessagePosté le: 07/09/2014 13:57:50    Sujet du message: Si il y avait encore plusieurs opinions politique en France Répondre en citant

Pour la formation, effectivement je crois qu'il y a eu un malentendu : 80 % d'une classe d'âge au bac, c'est très bien, mais pas seulement pour un bac général !! Combien de bacs technologiques et professionnels réellement intéressants, avec perspective d'embauche rapide pour un métier pas abrutissant et très correctement payé sont délaissés ?

Tout le monde veut amener son gosse à un bac S notamment, moi je me demande si je dois en rire ou en pleurer... Idem dans les universités, y a des filières délaissées de manière stupide et d'autres sur représentées sans vrais débouchés...

Faut réfléchir, être un peu malin, ne pas se ruer sur les "voies royales" à tout prix si on n'en a pas les moyens... Quand je vois des copines galérer après des écoles prestigieuses (et je dis bien des copines, car pour les nanas diplômées c'est encore plus dur que pour les mecs), à 35 balais, ça fait mal au cœur quand même...
Je veux bien qu'elles acceptent en fin de droit d'aller au carton pour le premier boulot qui passe, mais franchement, à bac + 5, mentalement, elles sont pas prêtes à tout, déjà que certaines ont ou sont exploitées par des employeurs avec des salaires très faibles eu égard à leurs compétences et expériences (je ne parle plus de niveau d'étude là), c'est à déprimer.
_________________
" En 1ère main !!!!! "
Revenir en haut
Croquemuche
Administrateur


Inscrit le: 17 Avr 2007
Messages: 10 254

MessagePosté le: 07/09/2014 14:44:10    Sujet du message: Si il y avait encore plusieurs opinions politique en France Répondre en citant

Y'a aussi des postes vacants qui sont mal pourvus dans certains clubs du Top14. Prenez le poste d'ailier au ST. Les recruteurs sont allés chercher, à Toulon, un ancien internationnal en mal de temps de jeu alors que l'UBB raflait la mise avec un actuel internationnal qui ne pouvait plus perdre son temps en pays roussillonnais. La vie est mal faite non ? Mr. Green
_________________
Je trouve cette question stupide et irrespectueuse.
Revenir en haut
JPRW
Administrateur


Inscrit le: 22 Jan 2007
Messages: 11 527

MessagePosté le: 07/09/2014 15:44:47    Sujet du message: Si il y avait encore plusieurs opinions politique en France Répondre en citant

Croquemuche a écrit:
Y'a aussi des postes vacants qui sont mal pourvus dans certains clubs du Top14. Prenez le poste d'ailier au ST. Les recruteurs sont allés chercher, à Toulon, un ancien internationnal en mal de temps de jeu alors que l'UBB raflait la mise avec un actuel internationnal qui ne pouvait plus perdre son temps en pays roussillonnais. La vie est mal faite non ? Mr. Green



Faudrait surtout abaisser l' âge de la retraite tout spécialement pour Rancoules . Mr. Green

Fini le recrutement à la papa à Mauléon , Casteljaloux , St Médard ou Lourdes sur des infos de comptoir , des brèves de L' Eclair ou des recommandations du gardien du stade du Boucau . Idem pour ceux qui postulent sur des cartes postales avec des plages paradisiaques à cocotiers .

Déjà il faudrait que les besoins soient clairement identifiés et que le potentiel des joueurs soit évalués à l' aune du rugby actuel et pas celui des années 80 …..
Revenir en haut
McCaw
Administrateur


Inscrit le: 09 Jan 2007
Messages: 10 312
Localisation: Albi

MessagePosté le: 07/09/2014 16:43:09    Sujet du message: Si il y avait encore plusieurs opinions politique en France Répondre en citant

Ceci dit, l'UBB est allé chercher des mecs en Fédérale 1 à Mauléon hein ! Lopez vient de là-bas, un demi qu'ils ont prêté également (Quéheille), et leur arrière-ouvreur Lonca vient d'Hendaye.

Etcheto a bien raison, sur certains postes, les joueurs sont moins formatés que ceux sortis des centres de formation (formés avant tout pour leur club, c'est ça le souci : arriveront-ils à passer à d'autres formes de jeu que celles pratiquées chez eux ? C'est pas toujours le cas...).
Et c'est comme en football : un Valbuena recalé des Girondins, un Ribéry foutu dehors de Lille chez les jeunes ont fait leur carrière par un circuit parallèle, celui des clubs de National, puis de D2, etc.

Mais comme tu dis, il faut bien cibler les besoins du club et le potentiel des joueurs. On peut de moins en moins faire des paris passé un certain âge, trop de fric en jeu.
_________________
" En 1ère main !!!!! "
Revenir en haut
Croquemuche
Administrateur


Inscrit le: 17 Avr 2007
Messages: 10 254

MessagePosté le: 24/05/2015 23:18:09    Sujet du message: Si il y avait encore plusieurs opinions politique en France Répondre en citant

Petite révolution politique, ce soir en Espagne, avec la fin du bipartisme PP / PSOE. Cuidadanos (pour la droite) Compromis et Podemos (Pablo Iglesias) vont décider de tout
Madrid, Barcelone et probablement la comunidad Valenciana tournent le dos au bipartisme historique

De plus, aux municipales, Rita Barbera perd Valencia Very Happy Very Happy Very Happy
http://img.xooimage.com/files110/4/3/0/image-4b5ce35.jpg

Si j'ai le talent de VGE, je dirais "au revoir" lol
_________________
Je trouve cette question stupide et irrespectueuse.
Revenir en haut
Croquemuche
Administrateur


Inscrit le: 17 Avr 2007
Messages: 10 254

MessagePosté le: 24/05/2015 23:43:50    Sujet du message: Si il y avait encore plusieurs opinions politique en France Répondre en citant

http://youtu.be/WqMPVUpcyns Mr. Green
_________________
Je trouve cette question stupide et irrespectueuse.
Revenir en haut
McCaw
Administrateur


Inscrit le: 09 Jan 2007
Messages: 10 312
Localisation: Albi

MessagePosté le: 26/05/2015 06:20:32    Sujet du message: Si il y avait encore plusieurs opinions politique en France Répondre en citant

Très bonne chose ce qui vient de se passer en Espagne en effet !
Et c'est sans doute pas fini (législatives en fin d'année)...
_________________
" En 1ère main !!!!! "
Revenir en haut
Croquemuche
Administrateur


Inscrit le: 17 Avr 2007
Messages: 10 254

MessagePosté le: 18/07/2016 11:09:27    Sujet du message: Si il y avait encore plusieurs opinions politique en France Répondre en citant

A lire et diffuser si vous partagez cet avis

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/07/16/attentats-repenser-notre-r…
_________________
Je trouve cette question stupide et irrespectueuse.
Revenir en haut
JPRW
Administrateur


Inscrit le: 22 Jan 2007
Messages: 11 527

MessagePosté le: 18/07/2016 11:13:03    Sujet du message: Si il y avait encore plusieurs opinions politique en France Répondre en citant

Mouai , fastoche ....
Revenir en haut
Croquemuche
Administrateur


Inscrit le: 17 Avr 2007
Messages: 10 254

MessagePosté le: 26/07/2016 19:47:37    Sujet du message: Si il y avait encore plusieurs opinions politique en France Répondre en citant

Christiane Taubira a écrit:

‘’…D’une beauté sauvage…Jusqu’à ce grand saccage…’’ (Jean Ferrat)
Face aux risques, délaisser les querelles politiciennes, privilégier l'analyse politique et articuler l'action immédiate et à terme.
‪#‎Nice‬, ville frontière, ayant tant voyagé dans les cultures, les arts, sous les régimes, les nationalités. Ayant entendu tant de langues. Sans bouger. Sa géographie imperturbable. Nice, ciel et mer azur. Ses paysages familiers depuis toujours. Nice et son histoire, ses convoiteurs, ses soubresauts ; son réseau Marcel créé par Moussa Abadi, né en Syrie, et Odette Rosenstock, qui a sauvé la vie de plus de cinq cents enfants juifs. Nice et ses Résistants, Nice et ses manifestations des 14 juillet 41 et 42. Nice et son insurrection du 28 août 44.
Nice et cette nuit de cauchemar. Des enfants couraient, riaient, criaient, insouciants et espiègles car c’est à tous sauf à eux-mêmes de veiller sur eux. Ce fut un charivari en toutes langues. Les sons de peur, d’alerte, d’horreur se confondaient en autant d’éclats polyphoniques d’une même voix, humaine, tant humaine, épouvantée par tant de haine, de fureur et de folie.
Nice et sa promenade après Paris et ses terrasses, ses acrobates du crayon, ses croyants ses incroyants, ses uniformes et ses passants, c’est toujours le goût de la fête qui exaspère, celui de la rencontre, de la musique et du sport, la joie de flâner, la saveur des choses et le secret des êtres, l’évidence de la différence, le plaisir de vivre. Comme à Munich, la vie en plein air, la légèreté d’un weekend d’été, les sorties en famille, la gaieté en musardant dans le tohu-bohu.

Massacrer aveuglément, frapper tous pour effrayer chacun, instiller ce sentiment de vulnérabilité collective et de fragilité personnelle, se faire les grands-clercs de cet entre-deux, ‘’ce clair-obscur d’où surgissent les monstres’’ (Gramsci), tel est l’ouvrage funeste.
Trois attentats horriblement meurtriers en dix-huit mois, tant de personnes absentes assassinées, tant de personnes qui luttent aujourd’hui encore pour rester parmi nous, de blessées dont les cicatrices de l’âme saigneront plus longtemps que celles du corps, et cette sensibilité à fleur de peau qui fait se crisper au moindre bruit inhabituel, une sirène et l’angoisse s’invite. La peur en ces circonstances est normale. Elle est même saine. Une preuve de lucidité. Une condition de préservation.
Des questions sont légitimes. Si les personnes qui savent qu’elles ne se remettront pas de sitôt de l’absence et des absences, ont le droit, y compris sur tous les tons du moins dans l’immédiat, de poser toutes les questions qui les taraudent, ces questions ne peuvent servir de paravent ni à des calculs électoraux, ni à des concours de notoriété. Il ne suffit pas de faire tapage pour faire oublier des décisions qui ont contribué au chaos, offrant des bases d’organisation, de repli ou de recrutement à ceux qui nous menacent et nous attaquent. Il ne suffit pas de martialité pour masquer le choix de la guerre sans préparation de la paix.
Outre ces trois attentats massivement meurtriers, les drames de Villejuif, Magnanville, Saint-Quentin Fallavier, le carnage évité dans le Thalys, attestent la disparité des façons de tuer, rappellent que la menace est réelle, protéiforme, durable. La pensée magique n’est d’aucun secours. Les anathèmes, aussi sonores que déplacés, ne consolent personne, ne nous réconfortent pas au présent, ne nous protègent pas à l’avenir.

Ni guerre ni paix.

Ni guerre. Où se trouve le front ? Quel est le lieu où, face à face, s’affronteraient tous les courages ? Quelles sont les revendications ? Quel pourrait être le point d’appui de quelconques pourparlers ? Sur quel contenu pourrait-on y mettre fin ? Quelle date pourrait-on fixer pour convenir de cette fin et de ses conséquences ? Ni guerre.
Ni paix. Tant de morts ! Pris au dépourvu par la lâcheté d’assauts qui, dans le paradoxe de la détestation aliénante, visent et révèlent en même temps une mixité sociale et culturelle, une convergence d’habitudes, des lieux communs à tous les prénoms, tous les métiers, toutes les conditions, toutes les ardeurs. Nos morts, et cette crainte qui s’installe au cœur de nos esprits.

Ni guerre. Ni paix.

Une certitude. De tous les pays européens, à considérer les tueries de masse, la France est la cible privilégiée des terroristes. Les attentats du 22 mars en Belgique ont été perpétrés par des terroristes appartenant à la même cellule que ceux qui ont commis les attentats du 13 novembre à Paris. Aucun autre pays en paix n’a subi autant d’attaques en si peu de temps. Cette réalité est cruelle, mais elle est. Et il faut lui faire face.
Nous devons gagner la bataille du recrutement. Et si j’en fais un leitmotiv depuis plus d’un an et demi, c’est parce que là se trouve le cœur d’une action publique méticuleuse, rigoureuse et durablement efficace. Elle n’est pas exclusive de l’action militaire ciblée sur les arsenaux et logistiques ; de l’action diplomatique opérant sur les rapports de force ; de l’asphyxie financière. Mais face à cette armée innombrable qui se lève de partout, assécher le terreau où germe, pousse, jaillit cette monstruosité si froide qu’elle paraît intoxiquée, tel est le défi. L’endoctrinement religieux ne suffit pas à expliquer. Nous le savons depuis que la proportion, en constante progression, de convertis récents passés à l’acte en quelques semaines révèle davantage une emprise sectaire qu’une quelconque illumination à mission vengeresse. C’est pour cela que, dès le premier trimestre 2015, j’ai fait former le personnel pénitentiaire à détecter et déconstruire ces méthodes sectaires.
La rhétorique djihadiste, simple, brute, affranchit efficacement d’encombrantes hiérarchies, déleste de pesante doctrine, exonère de raide discipline. Elle parvient ainsi à capter des individus en marge, au rapport parfois distendu avec la religion, même si celle-ci n’est pas sans effet chez ceux qui rêvent d’instauration d’un fantasmatique califat. Le terrain est celui des esprits, où frustrations, humiliations, ignorance et fêlures pourvoient en énergie destructrice. Le champ de la conquête est celui du processus d’affiliation et du sentiment d’appartenance.
Ressasser des poncifs sur les décisions de justice, prises en indépendance par des magistrats dans notre Etat de droit ; gloser sur les effets de la prison lorsqu’aucun des tueurs du 13 novembre, ni celui du 14 juillet, n’avait d’antécédents carcéraux ; rabâcher les sempiternelles récriminations fondées sur de seules motivations partisanes, c’est s’obstiner à déguiser la réalité, se réfugier derrière des incongruités confortables, se satisfaire de facilités aberrantes, se situer en-deçà des nécessités régaliennes, et finalement nous exposer durablement au danger. Quand il faudrait voir de haut et voir loin.
Nous avons à agir, vite et mieux, à l’interne et à l’international.
Nous sommes habitués à vivre en paix ; nous n’avons ni les réflexes de la guerre, ni ceux, plus utiles, de cet entre-deux difficile à définir dans sa nature et sa durée. Nous avons besoin de sûreté, ce droit imprescriptible inscrit dans la Constitution par la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. La sûreté inclut la préservation de nos libertés individuelles et publiques. Il convient de les organiser, pas de les opposer. Il revient à la puissance publique de trouver, et ce n’est pas simple, la souplesse qui permette d’ajuster le dispositif de sécurité aux multiples formes des attaques, dans la proportionnalité qu’exige l’Etat de droit, campé sur ses institutions solides.
Nous ne pouvons ignorer l’état du monde. Les foyers d’où prennent naissance les périls auxquels nous sommes exposés ne sont pas près d’être stabilisés. Si la communauté internationale ne veut pas risquer l’insignifiance d’une impuissance structurelle, elle doit se penser au temps où elle est appelée à agir, revoir ses règles obsolètes et réveiller ses principes assoupis: nous ne sommes plus en 1945, la décolonisation a eu lieu, et les cinquante pays de l’après-guerre sont désormais deux cents ; la guerre froide a sévi puis elle a vécu ; les équilibres, aussi contestables qu’ils fussent, sont rompus ; la révolution numérique a instauré une présence du monde et une connaissance de l’état du monde en temps réel. Cette circulation preste et continue de l’information, des personnes, des armes, de l’argent, des propagandes bouleverse en profondeur la temporalité de l’action internationale. Ni l’impasse d’un aveuglement géostratégique, ni la pusillanimité qui préside aux rapports bilatéraux, ni le désintéressement permanent vis-à-vis de ceux qui luttent pour les libertés çà et là dans les pays autocratiques ou théocratiques, ni les errances commerciales qui multiplient les risques d’armement sophistiqué des forces terroristes, ne nous protègent.
Certains pays ont plus de responsabilités que d’autres. Elles leur incombent du fait de leur Histoire, de leur position géopolitique, de leur poids politique, de leur prestige culturel, de leurs ambitions internationales. La Russie en est. Pour peu qu’elle soit amenée, de préférence par son opinion publique, à s’élever à la hauteur de ce qu’elle fut sur de longues périodes, et du poids qui lui revient dans l’accomplissement de cet avenir du monde devenu irrémédiablement solidaire.
La Syrie, l’Irak, le golfe persique, le conflit israélo-palestinien, nœud gordien des relations internationales contemporaines, échec cuisant de deux générations malgré les derniers efforts volontaristes de la France, n’en finissent pas de réactualiser la question des frontières, que d’aucuns ont cru réglée à Berlin, à Yalta, puis dans la Charte des Nations-Unies. Les frontières ou l’espace dans lequel les femmes et les hommes perçoivent qu’ils font première communauté.

Au plan interne, certains de nos territoires ne peuvent juste continuer à servir de repoussoirs, de paradigmes de l’échec sans responsabilité ni individuelle ni publique, de défouloirs globaux, au mépris des multiples réussites et résistances à la fatalité qui s’y déploient. Si le terrain est bien celui des esprits et le champ de conquête celui du processus d’affiliation et du sentiment d’appartenance, il nous reste à y faire vivre vraiment la République. A donner consistance et constance à l’ambition d’égalité. C’est la condition à la fois de notre honnêteté sur nos valeurs, et de la sécurité de nos enfants. Ceux qui font commerce de la peur, de l’angoisse, de la douleur d’autrui et vocifèrent sans respect des larmes, la ‘’clique sinistre des chercheurs de basses flatteries’’ qui privilégient leurs intérêts partisans ou leur impatience à s’emparer du pouvoir d’Etat, continueront d’éructer. Nous, nous savons qu’une société d’exclusion et de rejet n’est qu’une immense et sordide promesse de malheurs.
‘’La liberté et l’égalité s’impliquent l’une l’autre’’ démontrait Cornelius Castoriadis. Pourquoi il nous apparaît urgent d’œuvrer au retour du Politique, cet espace où les intelligences et les énergies se confrontent et créent ensemble les en-commun possibles.


https://www.facebook.com/ChristianeTaubira/posts/1126424190764062 Ici pour lecture plus facile.

PS: Ne devrait on pas devrait changer la police ou les couleurs ? Ce blanc sur rouge, c'est pas evident !
_________________
Je trouve cette question stupide et irrespectueuse.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 26/06/2017 08:08:04    Sujet du message: Si il y avait encore plusieurs opinions politique en France

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Stade Toulousain Index du Forum -> Café du commerce -> Refaisons le monde au comptoir Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com